La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome

La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome

Language: French

Pages: 498

ISBN: 0543923347

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


This Elibron Classics book is a facsimile reprint of a 1881 edition by Hachette et Cie, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forma douze centuries nouvelles. Or on ne pouvait guère toucher à l’armée sans toucher en même temps à la constitution politique. Les plébéiens sentirent que leur valeur dans l’État s’était accrue ; ils avaient des armes, une discipline, des chefs ; chaque centurie avait son centurion et une enseigne sacrée. Cette organisation militaire était permanente ; la paix ne la dissolvait pas. Il est vrai qu’au retour d’une campagne les soldats quittaient leurs rangs, la loi leur défendant d’entrer dans

repris l’avantage ; que Thèbes est dans l’alliance de Philippe tant que le parti populaire y est le plus fort, et se rapproche de Rome aussitôt que l’aristocratie y devient maîtresse ; qu’à Athènes, à Démétriade, à Phocée, la populace est hostile aux Romains ; que Nabis, le tyran démocrate, leur fait la guerre ; que la ligne achéenne, tant qu’elle est gouvernée par l’aristocratie, leur est favorable ; que les hommes comme Philopémen et Polybe souhaitent l’indépendance nationale, mais aiment

souvent des hommes qui ont été adoptés dans une famille et qui veulent hériter de celle où ils sont nés. Mais la loi s’y oppose. L’homme adopté ne peut hériter de sa propre famille qu’en y rentrant ; il n’y peut rentrer qu’en renonçant à la famille d’adoption ; et il ne peut sortir de celle-ci qu’à deux conditions : l’une, qu’il abandonne le patrimoine de cette famille ; l’autre, que le culte domestique, pour la continuation duquel il a été adopté, ne cesse pas par son abandon ; et pour cela il

marche que ce jeune homme est astreint à suivre est celle que la société a d’abord suivie. Un exemple rendra cette vérité plus claire. Il nous est resté sur les antiquités d’Athènes assez de traditions et de souvenirs pour que nous puissions voir avec quelque netteté comment s’est formée la cité athénienne. À l’origine, dit Plutarque, l’Attique était divisée par familles342. Quelques-unes de ces familles de l’époque primitive, comme les Eumolpides, les Cécropides, les Géphyréens, les Phytalides,

été de son vivant le plus bel homme de la ville396. Athènes adorait comme un de ses protecteurs Eurysthée, qui était pourtant un Argien ; Euripide nous explique la naissance de ce culte, quand il fait paraître sur la scène Eurysthée prêt de mourir et lui fait dire aux Athéniens : � Ensevelissez-moi dans l’Attique ; je vous serai propice, et dans le sein de la terre je serai pour votre pays un hôte protecteur397. » Toute la tragédie d’Œdipe à Colone repose sur ces croyances : Créon et Thésée,

Download sample

Download