La Cité grecque

La Cité grecque

Gustave Glotz

Language: French

Pages: 605

ISBN: B0000DOWJO

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Avec La Cité antique de Fustel de Coulanges, La Cité grecque de Gustave Glotz reste l'un des plus importants ouvrages écrits sur la société antique. Cette superbe synthèse où sont pris en compte aussi bien les faits sociaux que les faits religieux, la psychologie des individus comme les structures économiques, a marqué d'un sceau indélébile notre image de la "cité grecque".

Écrit à la fin des années 1920, à une époque où la démocratie était attaquée par l'idéologie totalitaire, La Cité grecque est un témoignage irremplaçable sur l'école politique de l'humanité qu'a été l'Athènes des Ve et IVe siècles. En voulant faire une histoire totale dépassant le simple alignement des faits, en questionnant le passé à l'aune du présent, Gustave Glotz reste ainsi un de nos maîtres à penser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

faute des parties, qui avaient recours à toutes sortes de manœuvres et de chicanes dilatoires, à l’aide de serments (ὑπωμοσίαι) auxquels s’opposaient vainement des serments adverses (άνθυπωμοσίαι). Il y avait des procès qui traînaient ainsi pendant des années. Si, à la dernière extrémité, un des plaideurs faisait défaut, le défendeur était ou jugé par contumace ou renvoyé des fins de la plainte958. Enfin arrive le jour de l’audience. Le tribunal est entouré d’une palissade interrompue par une

les anciens propriétaires étaient réduits à la condition de fermiers et tenus de payer chacun deux cents drachmes par an à un clèrouque dont cette rente faisait un zeugite astreint sur place au service d’hoplite. Propriétaires ou rentiers, les clèrouques constituaient une section du peuple athénien détachée du gros ; ils étaient � le peuple athénien résidant à Skyros », � le peuple athénien d’Imbros », � les Athéniens résidant à Hèphaistia », etc. Ils avaient leur Ecclèsia et leur Boulè,

Berlin, 1938. WILAMOWITZ-MOELLENDORFF (U. von), Kyrene, Berlin, 1928. WINTERSCHEIDT (H.), Aigina. Eine Untersuchung über seine Gesellschaft und Wirtschaft, Würzbourg, 1938. II ÉTUDES PARTICULIÈRES ACCAME (S.), La lega ateniese del secolo IV A. C., Rome. 1941. ANDRÉADÈS (A. M.), Ἱστορία τῇϛ Ἑλληνιϰῆϛ δημοσίαϛ οἰϰονομἰαϛ, t. I, 2e éd., Athènes, 1928 (traduit en allemand par E. MEYER, sous le titre : Geschichte der griechischen Staatswissenschaft, Munich, 1931, et en anglais par Carroll

la recrudescence de la tyrannie. Revue Philosophique, LXXXVII, 1962, pp. 1-20. NILSSON (M. P.), Das frühe Griechenland von innen gesehen, Historia, III, 1955, pp. 257-282. OLIVER (J. H.), Democratia, the Gods and the Free World, Baltimore, 1960. PAOLI (U. E.), La donna greca nell’antichità, Florence, 1953. – Les pouvoirs du magistral en droit attique, résumé dans Revue historique de droit français et étranger, XXXII, 1954, pp. 463-465. PEARSON (L.), The Pseudo-History of Messenia and its

démocratie Les Athéniens se rendaient parfaitement compte que l’établissement de la démocratie dans une ville aussi populeuse que la leur était une grande nouveauté. Ils avaient la fierté de leur constitution. Des trois régimes que distinguaient les Grecs, un seul paraissait convenir à la dignité humaine : celui qui opposait le principe d’égalité au principe oligarchique et maintenait contre la tyrannie le droit à la liberté. Liberté, égalité, c’était proprement la devise des Athéniens ; ils y

Download sample

Download