Nobliaux et sorcières (Les annales du Dique-monde, Tome 14)

Nobliaux et sorcières (Les annales du Dique-monde, Tome 14)

Terry Pratchett

Language: French

Pages: 232

ISBN: 2:00256638

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Le royaume de Lancre au cœur des montagnes du Bélier. Si petit. Tout juste s’il ne faut pas un passeport pour s’allonger. Retour de voyage, trois sœurcières y retrouvent leurs pénates, dont l’une, Magrat, pour épouser le roi Vérence.
Les noces approchent. Tout devrait se passer comme dans un songe de nuit d’été. Si l’imprudence des uns et des autres ne risquait d’ouvrir le monde au retour des Seigneurs et Dames. Des Nobliaux. Des Lumineux...
Les elfes sont si beaux, si gueulamour. Les elfes sont cruels. Ils prennent tout. Et ils offrent la peur en échange.
Autour des trois sœurcières à la peine, une affiche exceptionnelle avec notamment : l’archichancelier Mustrum Ridculle, le bibliothécaire de l’Université (« Oook ! » ) et le deuxième grand amant du monde, Giamo Casanabo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

demander aux gens plutôt qu’à faire l’imbécile en chauve-souris. — Mon Jason t’aurait rien dit. À moi il a vendu la mèche parce que sinon j’y aurais mené la vie dure. Ça sert à ça, une mère. — J’suis plus dans l’coup, voilà. J’vieillis, Gytha. — On a que l’âge qu’on se sent moi j’répète toujours. — C’est bien ce que je veux dire. » Nounou Ogg avait l’air inquiète. � Tu te rends compte, si Magrat était là, reprit Mémé. Elle verrait quelle imbécile je fais. — Ben, elle est à l’abri au

s’abstenaient d’envahir un jardin de sorcière. Mémé ouvrit prudemment la porte. La lune se couchait. Une lueur pâle argentée teintait le monde de camaïeux. Une licorne se tenait sur la pelouse. Sa puanteur agressa la vieille femme. Mémé avança, le tisonnier brandi devant elle. La licorne recula et piaffa. Mémé vit clairement l’avenir. Elle connaissait déjà le quand. Maintenant elle commençait à redouter le comment. � Bon, fit-elle à voix basse, je sais d’où tu viens. Et tu peux m’y refoutre

jusqu’aux genoux dans les religions. Il y avait les Émerveillés d’Un Jour et les Offliens rigoristes, et divers autels dédiés à des petits dieux d’une espèce ou d’une autre se tapissaient dans des clairières perdues. Il n’avait jamais éprouvé le besoin d’une foi, comme les nains. Le fer, c’était le fer, et le feu, le feu – se lancer dans la métaphysique, rien de tel pour tâter du pouce le dessous d’un marteau. � EN QUOI AVEZ-VOUS VRAIMENT FOI, EN CE MOMENT PRÉCIS ? » Il est tout près, songea

assistait au spectacle. Et ce monde allait revenir d’une minute à l’autre pour faire ribote dans tous les coins. Il trouvait le château grand, vieux et froid. D’une minute à l’autre. Forcément. Le bruit s’arrêta. Shawn pointa un œil au détour du couloir. Il vit les marches, la porte conduisant aux cachots ouverte. � Halte-là ! » s’écria-t-il à tout hasard. L’écho de sa voix rebondit sur les pierres. � Halte-là ! Sinon… Sinon… Sinon… Halte-là ! » Il descendit doucement l’escalier et

— Joue !… deux, trois, tournez. — Ils sont tout autour de nous ! — Dansez ! — Ils nous r’gardent ! ils s’rapprochent ! — … tournez, reculez… sautez… on est presque rendus à la route… — Jason ! — Vous rappelez quand… trois, demi-tour… on a gagné la coupe contre les Journaliers d’Ohulan ?… tournez. » Les bâtons prirent à nouveau contact avec un bruit sourd de bois contre bois. Les pieds projetèrent des mottes de terre qui volèrent dans la nuit. � Jason, tu veux pas dire… — … reculez,

Download sample

Download