Obama face au pouvoir : Dans les coulisses de la Maison-Blanche

Obama face au pouvoir : Dans les coulisses de la Maison-Blanche

Guillaume Debré

Language: French

Pages: 299

ISBN: B009H57174

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


4 novembre 2008 : Barack Hussein Obama est élu président des Etats-Unis, après une campagne mémorable dont Guillaume Debré avait raconté le détail dans Obama, les secrets d’une victoire.

Premier Noir à accéder à la Maison-Blanche, il est porteur des espoirs de millions d’Américains et de supporters dans le monde entier, avides de changement après les deux mandats désastreux de George W. Bush.

Obama lui-même est conscient de cette attente inouïe. Il a une méthode : toujours débattre jusqu’à ce qu’émerge un compromis ; une certitude : sa vision et son implication personnelle suffiront à changer les relations internationales.

En quatre ans, il va se heurter à une crise économique majeure, à des lobbies extrêmement puissants et à une radicalisation de la vie politique américaine. Comment s’est déroulé ce délicat apprentissage de l’exercice du pouvoir?

Comment Obama, le roi du consensus, a-t-il fait face à la virulente opposition des fameuses tea parties ? Quel est in fine son bilan et que peut-il nous apprendre sur son probable second mandat ?

Guillaume Debré a mené l’enquête dans les coulisses du pouvoir, de la traque victorieuse de Ben Laden à la gestion de la crise économique, de la réforme houleuse de la santé aux tractations secrètes avec les républicains. On découvre grâce à lui un Obama au quotidien, fascinant d’intelligence mais aussi péchant par inexpérience ou par orgueil à bien des moments.

Dans ce récit étonnant et nourri d’informations de première main, Guillaume Debré raconte comment Barack Obama a douloureusement appris à devenir président.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

importantes de cette campagne. Clinton, lui, se délecte de ce retour en grâce. Il a d’abord exigé du camp Obama qu’il rembourse les quelque 250 000 dollars que Hillary Clinton doit toujours depuis sa campagne ratée de 2008. Il sait ensuite que, s’il aide Obama à être réélu, son influence au sein du parti augmentera. Comme l’a dit un stratège démocrate au New York Times : � Je doute que Clinton et Obama passent un jour leurs vacances ensemble. Ils ne s’aiment pas, mais Clinton n’est pas stupide.

carcérale, alors qu’ils ne représentent que 13 % de la population. La situation est telle que certains élus africains-américains ont exprimé leur impatience face à un Obama qu’ils accusent à demi-mot de les avoir abandonnés. Furieux de cette critique, en septembre 2011 Obama exige d’eux un soutien sans faille : � Enlevez vos charentaises et enfilez des bottes. Bougez-vous. Arrêtez de vous plaindre. Arrêtez de rouspéter. Arrêtez de pleurnicher. On doit continuer le combat. On a encore du

pour une administration, jamais habité Washington, jamais � fait de cabinet ». Économiste respectée, devenue la principale conseillère d’Obama, elle a été recrutée par le président pour son pedigree ainsi que pour son expertise sur la crise de 29 et la politique de relance du New Deal. Debout devant ses tableaux PowerPoint, c’est par ces mots qu’elle commence son exposé : � Monsieur le président, le moment est venu pour vous de dire : “Merde alors !” La crise est beaucoup plus grave qu’on ne le

journalistes – qui paient tous leur place. Pour les déplacements moins importants, seule une poignée de reporters suit le président, et ils partagent ensuite leurs notes avec leurs collègues. Barack Obama a bien tenté une ou deux fois de semer ces journalistes un peu collants. En avril 2010, il est parti sans eux pour assister à un match de foot de sa fille. Immédiatement, la presse s’en est ouvertement et officiellement offusquée. Pour Obama, la présence de cette meute de � chiens renifleurs »

Maison-Blanche. En quatre ans, elle va d’ailleurs changer trois fois de chief of staff. La première est remerciée au bout de six mois : Michelle la trouve trop molle et pas assez tactique. La first lady a vécu longtemps avec le spectre de la campagne de 2008. Lors d’un de ses premiers meetings, elle avait dérapé. Évoquant la possibilité qu’un Noir décroche la Maison-Blanche, elle avait déclaré : � Pour la première fois de ma vie d’adulte, je suis fière de mon pays. » Cette phrase malheureuse

Download sample

Download